pierre moscovici entendu mardi par la commission des finances
pierre moscovici entendu mardi par la commission des finances © reuters

En déplacement à Londres pour une réunion du G7, le ministre français des Finances assure que la lutte contre l'évasion fiscale avance à pas de géant.

Pierre Moscovici a ainsi déclaré:

C'est un sujet sur lequel nous sommes en train, depuis quelques semaines, en vérité quelques mois, de faire des pas de géant, je n'exagère pas en disant ça, il y a quelque chose qui est en train de s'ouvrir, un nouveau champ. Un véritable consensus émerge pour prendre des mesures efficaces pour que chacun paie sa juste part de l'impôt.

Ecoutez la déclaration de Pierre Moscovici

Ministres des Finances et banquiers centraux des pays du G7, réunis vendredi et samedi près de Londres, sont convenus de poursuivre leurs efforts pour réformer le système bancaire et ont donné leur feu vert aux mesures destinées à relancer l'économie japonaise.

Le ministre britannique des Finances, George Osborne, a précisé que la réunion des "grands argentiers" du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon) à Aylesbury, à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Londres, avait été en grande partie consacrée aux réformes bancaires actuellement en cours.

Ecoutez le reportage à Londres de Frank Mathevon

Selon le ministre britannique des Finances:

Il est important d'achever rapidement notre travail afin d'empêcher de nouvelles faillites de banques. Nous devons mettre en place des mesures destinées à gérer ce genre de situations et à protéger les contribuables.

L'Allemagne est pressée par ses partenaires d'apporter un soutien plus net au projet d'union bancaire dans la zone euro. La première étape - une supervision unique sous l'égide de la BCE - devrait être accomplie à la mi-2014. La deuxième - un mécanisme de liquidation des banques faillies - est déjà plus floue. Quant à la troisième - un mécanisme unique de garantie des dépôts - son avenir est encore moins assuré.

Lors de la réunion, les représentants des sept pays ont réaffirmé que les politiques budgétaires et monétaires devaient répondre aux diverses situations dans chaque pays et non servir à des manipulations spéculatives.

Le ministre japonais des Finances a assuré que la politique menée par son gouvernement n'avait suscité aucune critique. Le yen a atteint vendredi son plus bas niveau depuis quatre ans et demi face au dollar, une baisse qui alimente les spéculations sur les risques de "guerre des monnaies". Le yen est également à un plus bas de trois ans face à l'euro.

Les discussions ont également porté sur les appels lancés en Europe à un assouplissement des politiques d'austérité afin de favoriser la reprise de la croissance, une idée combattue par l'Allemagne et la Grande-Bretagne mais qui fait son chemin en France et en Italie notamment.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.