Ils sourient timidement, ils rient à gorge déployée ou pincent les lèvres, les handicapés occupent la galerie marchande du Louvre entre le 6 et le 19 novembre. Ils rient face aux visiteurs sur 43 écrans disposés sur 17 mètres de long et quatre mètres de haut. Entretien avec Nicolas Favreau, le réalisateur du projet.

Depuis plus d'un an, Nicolas Favreau fait le tour de France pour filmer des handicapés mentaux de face. Il a tourné près de 800 vidéos et en a retenu 500; 500 rires ou sourires qui illuminent depuis le 6 novembre la gallerie marchande du Carrousel du Louvre.

Dans la cadre de l'association Persona Très Grata, Nicolas Favreau travaille depuis des années sur la question du handicap mental. Aujourd'hui, il propose cette performance comme un manifeste. Tous les Franciliens touchés par un handicap sont invités à signer le texte intitulé : "Je sais rire, j'aime rire, je fais rire ... car j'ai de l'humour ... et vous ?"

Mur de Rire c'est d'abord un manifeste

Forcer aimablement la rencontre

Mur de rires, c'est un droit à la légèreté

C'est un projet sur la ressemblance

Ca a commencé avec mon frère, ça continue avec Mur de rires

Nicolas Favreau est sensibilisé depuis son plus jeune âge à la question du handicap mental. C'est son frère Antoine qui a déclenché son envie de révéler au grand public les individus qui existent derrière le handicap visible.

Ca ne s'arrête pas au Carrousel du Louvre

Le making of de "Murs de rire"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.