[scald=27373:sdl_editor_representation]par Eric Vienne

SHANGHAI (Reuters) - Même le Brésilien Cesar Cielo n'en est pas revenu: "Quoi ? Bousquet est éliminé ?"

Oui, le Français Frédérick Bousquet, son ancien partenaire d'entraînement aux Etats-Unis, est passé à la trappe dès les séries du 50m nage libre aux championnats du monde de Shanghai, ne réalisant que le 21e temps de tous les nageurs engagés (22"38).

Bien loin de son record personnel, et record d'Europe, de 20"94.

Vice-champion du monde de la distance il y a deux ans à Rome, Bousquet, quatrième lundi sur 50m papillon, en avait pourtant fait son objectif principal. La déception n'en est que plus grande.

"C'est une grosse désillusion (...) Je fais une erreur et je la paie cash", a déclaré Bousquet, qui a reconnu avoir abordé la course avec un trop-plein de confiance.

"Je vois que la première série rapide ne nage pas très vite et, du coup, je me relâche avant la course. Le but, c'était de faire la course sans s'engager. Je suis parti trop relâché sur le plot et je reste trop longtemps sous l'eau plutôt que de ressortir et d'attaquer", a-t-il expliqué.

"Je reste enfoncé après la reprise de nage et je me dis: 'C'est pas grave, ma force c'est le deuxième 25 et je vais les passer.' En me disant ça, je ne mets pas un effort supplémentaire et ça ne peut pas passer, c'est sûr."

Son analyse, juste et sans concession, l'interpelle lui-même: "Après coup, je me dis: 'comment t'as fait pour penser ça?'"

"Ça veut dire que même à 30 ans, on continue d'apprendre et on continue de prendre des claques. Ce n'est pas la première et ce ne sera sûrement pas la dernière (...) Il faut que ça me serve pour être plus fort l'année prochaine."

Avant de se projeter sur les Jeux olympiques de Londres, Bousquet doit nager le relais 4x100m 4 nages dimanche en clôture des Mondiaux.

"Je n'ai pas le droit de m'apitoyer sur mon pauvre petit sort. Il reste un très gros relais 4 nages dimanche, il va falloir que j'assume ma place et que je nage un gros 100 pap'."

S'il le nage car le compagnon de Laure Manaudou a fait savoir que son "beau-frère", Florent Manaudou, pourrait nager les séries, et si cela se passe bien, peut-être aussi la finale.

Eric Vienne pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse

Mots-clés :

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.