[scald=107711:sdl_editor_representation]par Chrystel Boulet-Euchin

DUNKERQUE, Nord (Reuters) - Laure Manaudou est désormais plus axée sur le 50m nage libre messieurs que sur la finale du 200m dos qu'elle doit disputer samedi aux championnat de France de natation.

La nageuse, déjà qualifiée sur 100m dos, a fait un pas supplémentaire vers la Grande-Bretagne en remportant vendredi les séries du 200 mais son esprit est tournée sur le sprint masculin où seront opposés son compagnon Frédérick Bousquet et son frère cadet Florent, qui a dynamité son chrono sur 50m nage libre.

Florent Manaudou a en effet signé le meilleur temps des demi-finales en 21 secondes 86 centièmes, établissant du même coup la troisième meilleure performance mondiale de la saison derrière l'Australien James Magnussen (21"74) et le Brésilien Cesar Cielo (21"85).

Bousquet, champion d'Europe en 2010 et vice-champion du monde de la distance en 2009, a, lui, signé le deuxième temps devant Amaury Leveaux, Fabien Gilot et Alain Bernard qui, malgré sa qualification en finale, a été une nouvelle fois déçu de sa performance.

"Ma sensation a été que c'était un petit peu mieux que ce matin (en séries) mais j'espérais faire un peu mieux", a dit Bernard, champion olympique en titre du 100m et qui n'est pas parvenu à se qualifier jeudi sur la distance reine de la natation.

"Même si hier j'ai fait une contre-performance, je ne suis pas sorti de la compét'. La concurrence est rude mais c'est ce qui fait que l'on a de belles épreuves", a-t-il ajouté.

Florent Manaudou est lui resté très tranquille, n'oubliant pas qu'il a manqué la qualification sur 100m nage libre.

"Le chrono, c'est sympa. Après, je ne suis pas là pour penser à la meilleure perf' mondiale. Je nage pour moi, mon adversaire principal, c'est moi-même, et on verra demain (samedi)", a-t-il dit.

STASIULIS À DOUBLE TITRE

"J'ai eu une petite déception sur 100 m, mais je savais qu'il y avait de très gros clients, beaucoup plus expérimentés que moi. Mais moi, j'ai toujours été plus fort sur le 50 m, c'est beaucoup plus simple", a ajouté le nageur.

Les gros clients sur 100 sont les mêmes que sur 50 à l'image de Frédérick Bousquet et d'Alain Bernard, qui devront samedi finir sur l'une des deux premières marches du podium et réaliser les minima sur cette distance pour espérer aller à Londres.

Londres, Benjamin Stasiulis ira bel et bien et à double titre.

Déjà qualifié sur 100m dos, il a également décroché un billet sur 200 dos, en battant en 1'56"39 le record de France que Pierre Roger avait établi en 2009 (1'56"64).

"Hier, j'avais gagné en 57 secondes (en demi-finale), j'ai amélioré d'une seconde, je suis donc super content. Je fais de très bons championnats de France. Deux billets en individuel, je ne l'avais pas imaginé", a dit le nageur d'Amiens.

Laure Manaudou continue, elle, son bonhomme de chemin en gardant un oeil sur les garçons. "Je suis plus stressé par ce 50 que par mon 200", a-t-elle dit.

L'ancienne championne du monde et olympique du 400m nage libre pourra valider un deuxième ticket en individuel en finale samedi.

"A l'échauffement, les jambes étaient lourdes. Je n'avais pas d'objectif en temps mais je suis contente. Quand on est qualifié depuis le début de la semaine, c'est plus facile et plus agréable. Les temps sont potables, entre guillemets, donc c'est de bon augure pour demain (samedi)."

Faute de qualification olympique, d'autre nageurs pourront se targuer d'un titre de champion de France. C'est le cas de Guillaume Strohmeyer sur 200m quatre nages, de Charlotte Bonnet sur 100m nage libre, et de Coralie Dobral sur 200m brasse.

Chrystel Boulet-Euchin, édité par Jean-Philippe Lefief

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.