par Chrystel Boulet-Euchin

DUNKERQUE, Nord (Reuters) - Si quatre nouveaux nageurs français, dont Laure et Florent Manaudou, se sont qualifiés samedi pour les Jeux olympiques de Londres, la journée a été marquée par la fin du règne d'Alain Bernard sur le sprint au championnat de France, à Dunkerque.

Le licencié du CN Antibes, champion olympique du 100m libre à Pékin il y a quatre ans, n'est pas parvenu à se qualifier en individuel pour Londres.

Après avoir échoué sur la distance qui l'avait consacré en Chine, il a de nouveau été battu samedi sur 50m.

Il lui reste néanmoins une chance de traverser la Manche pour disputer les relais, tout comme Frédérick Bousquet, vice-champion du monde sur la distance en 2009 et qui a lui aussi failli dans sa quête olympique.

Coralie Balmy, compagne d'Alain Bernard, a en revanche décroché son billet pour Londres sur 800m nage libre, alors que les heureux élus sur le 50m sont Amaury Leveaux, l'électron libre de la natation française, et Florent Manoudou.

Ce dernier fera donc le voyage aux Jeux avec sa soeur aînée Laure, championne olympique en 2004 du 400m nage libre, qui, après avoir obtenu son billet sur 100 dos en début de semaine, a récidivé sur le 200 de la spécialité.

"C'était très nouveau pour moi. Il fallait être le plus sérieux possible. Aller à Londres avec Laure, c'est fait mais c'est un peu du pour Fred", a dit Florent Manaudou en évoquant la non-qualification de Bousquet, le compagnon de sa soeur.

"Je n'arrive pas à montrer ma satisfaction et je ne réalise pas vraiment car je n'ai jamais été aux Jeux, moi", a dit le nageur de 21 ans, qui a signé un temps de 21"95, deux centièmes de moins que Leveaux.

DU BONUS POUR LEVEAUX

Ce dernier était ravi de sa performance mais extrêmement touché de la contre-performance d'Alain Bernard, dans les bras duquel il s'est niché après la finale.

"Pour moi, c'est du bonus", a dit le vainqueur du jour. "Maintenant je vais aller boire deux pintes avec Philippe (Lucas, son entraîneur et ancien mentor de Laure Manaudou-NDLR), c'est la coutume", a dit le nageur également qualifié sur 200m.

Frédérick Bousquet, qui n'a donc terminé qu'en quatrième position, était assommé.

"C'est un gros coup sur la tête. C'était une course que j'ai hyper mal gérée avec un mauvais départ. C'est dur. Il faut réfléchir à tout ça, pour l'instant, je vis juste la déception", a-t-il dit.

Coralie Balmy a, pour sa part, eu la chance de courir avant son homme de coeur - Alain Bernard - et a ainsi décroché son billet sur le 800 nage libre.

Après sa victoire en 8'29"96 devant la Roumaine Camelia Potec, elle a assisté à l'échec sur 50m d'Alain Bernard qui a gardé le sourire dans un premier temps avant de craquer devant l'ovation du public, debout dans les travées de la piscine Paul-Asseman.

Plus tôt dans la soirée, Laure Manaudou avait confirmé son retour au plus haut niveau en remportant le 200m dos devant Alexianne Castel, qualifiée elle aussi, et Cloé Crédeville.

Egalement qualifiée sur 100 dos, l'ancienne championne du monde a un temps envisagé de déclaré forfait sur cette épreuve pour laisser la place à Crédeville, sa partenaire de club qui a réalisé le temps requis pour aller à Londres.

Mais Manaudou se donnait samedi soir le temps de la réflexion.

Les règles disent en effet que seules les deux premières du championnat de France sont qualifiées sous réserve d'avoir réalisé les temps requis, et Christian Donzé, le directeur technique national, n'entend pas, pour l'heure, y déroger (lire

Edité par Grégory Blachier

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.