En campagne à Nice, le Président de la République s'est adressé aux représentants des rapatriés d'Algérie et des harkis, électorat qu'il dispute au Front National. Il a reconnu que la France garde une dette à leur endroit.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.