[scald=218117:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Les concentrations de particules dans l'air sont élevées dans plusieurs régions de France en raison de la vague de froid qui touche le pays, rapporte jeudi le ministère de l'Ecologie, qui appelle les Français à limiter leurs émissions polluantes.

Le chauffage au bois et l'automobile sont les principaux émetteurs de ces particules présentes dans l'air.

En région Provence-Alpes-Côte d'Azur, les concentrations en particules sont supérieures au seuil d'alerte fixé à 80 µg/m3, dit le ministère qui s'inquiète des conséquences pour la santé, avec l'apparition de manifestations allergiques ou d'asthme.

Les personnes souffrant de déficiences respiratoires et cardiovasculaires, les enfants en bas âge et les personnes âgées sont particulièrement visés.

Dans les régions concernées, le ministère demande notamment de ne pas utiliser les cheminées à bois, sauf en cas de chauffage principal, et de limiter l'usage des automobiles, notamment les véhicules diesel non équipés de filtres à particules (antérieurs à 2011).

Les véhicules diesel sont critiqués par les associations de protection de l'environnement pour leurs émissions de particules, qui seraient responsables de 42.000 morts prématurées par an en France.

Il est également recommandé de réduire les vitesses sur les voies rapides et les autoroutes. L'association Airparif avait alerté depuis plusieurs jours sur la concentration de particules dans l'air de la capitale.

En retard sur les objectifs européens, la France est pressée d'agir par la Commission européenne, qui a saisi en 2011 la Cour de Justice pour non-respect des normes réglementaires en matière de pollution de l'air dans une douzaine d'agglomérations françaises.

Marion Douet, édité par Gilles Trequesser

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.