MELBOURNE (Reuters) - Les Français Marion Bartoli (n°9) et Nicolas Mahut ont été éliminés samedi au troisième tour de l'Open d'Australie, sans gloire.

Si la défaite de l'Angevin, opposé à Novak Djokovic, était prévisible, celle de la numéro un française peut apparaître en revanche comme une contre-performance.

Elle a en effet été dominée 6-3 6-3 par Zheng Jie, 38e mondiale. La Chinoise, d'une précision diabolique, a signé 28 coups gagnants au total. Victorieuse du tournoi d'Auckland, Zheng Jie a déjà atteint les demi-finales à Melbourne en 2010, en battant déjà Marion Bartoli.

"J'avais l'impression qu'elle lisait parfaitement mon jeu, j'ai réussi très peu de coups gagnants", a déclaré la Française à l'issue de sa défaite.

"Je ressors avec un sentiment mitigé car j'ai l'impression d'avoir tout donné mais elle était plus forte. J'ai fait mon maximum, en termes d'entraînement et de préparation, et pourtant je ne passe pas. Il faudra analyser", a-t-elle ajouté.

De son côté, Nicolas Mahut, 81e mondial, a vécu un véritable calvaire sur la Rod Laver Arena face à Novak Djokovic, le tenant du titre et numéro un mondial. Diminué physiquement, le Français n'a pu grappiller que deux jeux, en 1h14 (6-0 6-1 6-1).

"J'avais mal au genou et c'est frustrant de ne pas pouvoir prendre du plaisir", a déclaré Nicolas Mahut à l'issue de son match.

"Je n'ai pas voulu abandonner car le match précédent avait été écourté. En plus, j'avais dû jeter l'éponge l'an passé à l'US Open face à Rafael Nadal. J'ai eu une pensée pour Thierry Champion (NDLR : étrillé 6-0 6-0 6-0 par Sergi Bruguera à Roland-Garros en 1993) car je sentais bien que Novak était prêt à me coller trois roues."

Nicolas Mahut a toutefois pu se consoler en salle de presse lorsque les organisateurs du tournoi lui ont apporté un cadeau pour son trentième anniversaire.

"C'est sympa de leur part. En tout cas, c'est la première fois que je le fête sur un court car, d'habitude, je suis déjà dans l'avion du retour !", a dit le Français, non sans une pointe d'humour.

Eric Salliot, édité par Olivier Guillemain

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.