[scald=83565:sdl_editor_representation]par Greg Stutchbury

MELBOURNE (Reuters) - Rafael Nadal, Roger Federer et Kim Clijsters ont franchi aisément lundi le premier tour des Internationaux d'Australie sous une chaleur intense et dans une atmosphère tout aussi échauffée par des rumeurs de grève chez les hommes.

L'Espagnol, numéro deux mondial, n'a laissé aucune chance à l'Américain Alex Kuznetsov, écrasé 6-4 6-1 6-1, tandis que la championne belge a bien entamé la défense de son titre en disposant de la Portugaise Maria Joao Koehler 7-5 6-1.

Federer, qui suit Nadal au classement ATP, n'a pas semblé ressentir des douleurs au dos qui l'avaient contraint au forfait à Doha face à Jo-Wilfried Tsonga.

Le Suisse a passé sans coup férir l'obstacle représenté par le Russe Alexander Kudryavtsev (7-5 6-2 6-2).

Après une semaine de préparation pluvieuse, la chaleur est revenue subitement sur les courts de Melbourne, et les tensions entre joueurs et dirigeants se sont aggravées, au point que certains joueurs évoquaient ouvertement la possibilité d'un mouvement de protestation contre la programmation et la répartition des dotations.

"Certains joueurs laissent entendre que nous n'allons pas jouer ici. Il y a eu largement assez de voix (pour une grève)", a déclaré à Reuters l'Ukrainien Sergiy Stakhovsky, en faisant référence à une réunion de joueurs ATP qui a eu lieu samedi.

AZARENKA EXPÉDITIVE

Outre Clijsters, Victoria Azarenka, qui a remporté vendredi le tournoi de Sydney, a fait impression en atomisant 6-1 6-0 la Britannique Heather Watson.

La Biélorusse était d'humeur expéditive, et l'on sut pourquoi ensuite. "Je n'ai pas eu le temps de boire mon café ce matin, et ça m'a gonflée", a-t-elle expliqué en riant.

L'Argentin Juan Martin Del Potro a eu plus de difficultés pour venir à bout du Français Adrian Mannarino, qui s'est adjugé le premier set avant de céder au bout de trois heures face à l'ancien vainqueur de l'US Open, 2-6 6-1 7-5 6-4.

Le public australien a accueilli quant à lui avec enthousiasme la victoire de son protégé, Bernard Tomic, aux dépens de l'Espagnol Fernando Verdasco, tête de série numéro 22.

A 19 ans, Tomic porte les espoirs de tout un peuple, sevré de victoires depuis le lent déclin de Lleyton Hewitt. Le jeune Australien a montré ses qualités de bagarreur en surmontant un déficit de deux sets pour l'emporter finalement 4-6 6-7 6-4 6-2 7-5 en quatre heures et onze minutes.

"Le public veut toujours qu'un Australien aille loin et parvienne en finale dans notre tournoi du Grand Chelem. Mais il ne se rend pas compte à quel point c'est difficile", a-t-il déclaré.

Pascal Liétout pour le service français, édité par Marine Pennetier

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.