[scald=84837:sdl_editor_representation]par Nick Mulvenney

MELBOURNE (Reuters) - Novak Djokovic, le numéro un mondial, a poursuivi tranquillement sa route à l'Open d'Australie jeudi montrant la voie à deux autres anciens vainqueurs de la première levée du Grand Chelem qui ont réduit leurs adversaire au rôle de faire-valoir.

Le Serbe, tenant du titre, s'est défait sans difficulté du Colombien Santiago Giraldo 6-3 6-2 6-1 et a montré que son appétit de victoires était intact à Melbourne Park.

Maria Sharapova, sacrée en 2008 sur la Rod Laver Arena, et Serena Williams, victorieuse de l'épreuve à cinq reprises, la dernière en 2010, ont elles aussi passé le cap alors que Petra Kvitova s'est fait une frayeur contre l'Espagnole Carla Suarez Navarro avant de finalement l'emporter 6-2 2-6 6-4.

L'Écossais Andy Murray, finaliste ces deux dernières années, a, lui aussi, affiché un bel état de forme pour sortir le Français Edouard Roger-Vasselin 6-1 6-4 6-4.

Djokovic, qui vient d'effectuer ses débuts au cinéma avec une apparition dans le dernier film de Sylvester Stallone, n'a pas fait dans le dramatique lors de son match contre Giraldo.

"Une victoire est une victoire, quelle qu'elle soit. J'essaie évidemment de ne sous-estimer aucun adversaire lors des premiers tours. Il est entré dans la balle très top mais je savais que tôt ou tard, il allait perdre le rythme. J'ai fait du bon boulot", a estimé le Serbe, breaké dans le premier set.

Sharapova n'a mis, elle, que 62 minutes à écraser la qualifiée américaine Jamie Hampton 6-0 6-1. Serena Williams en a eu besoin de deux de plus pour battre la Tchèque Barbora Zahlavova Strycova 6-0 6-4.

500E VICTOIRE POUR SERENA

La troisième ancienne gagnante de l'épreuve présente dans l'édition 2012, Kim Clijsters, tenante du titre, s'était imposée mercredi 6-0 6-1 sur le même central de Melbourne.

Le nombre impressionnant de 6-0 infligés en deux tours dans le tournoi féminin souligne une fois de plus sur le fossé qui sépare les toutes meilleures des autres joueuses. Le résultat de Kvitova tend toutefois à réduire cette impression.

La championne de Wimbledon, également victorieuse des Masters, a lutté trois sets pour se défaire de la 58e joueuse mondiale. Suarez Navarro a même fait le break dans le troisième set avant de se laisser reprendre par la deuxième joueuse mondiale. "Ça a été très dur de revenir car elle se déplace très bien et qu'elle a tout", a dit la Tchèque, âgé de 21 ans.

Lorsqu'elle est en forme, Serena Williams joue toujours au niveau de ses plus belles années, ce qui lui a permis jeudi de signer la 500e victoire de sa carrière.

"C'est le summum. C'est vraiment vraiment cool. Cinq cents, c'est beaucoup de matches à jouer et encore plus à gagner", a dit la joueuse en franchissant ce cap que seule sa soeur Venus, la Belge Kim Clijsters et la Thaïlandaise Tamarine Tanasugarn ont passé avant elle parmi les joueuses encore en activité.

Andy Murray, aujourd'hui entraîné par l'ancien numéro un mondial Ivan Lendl, était, lui, rayonnant après sa victoire sur Edouard Roger-Vasselin. "J'ai bien servi et je ne lui ai pas donné beaucoup de chances", a du l'Ecossais.

Si l'on excepte Roger-Vasselin, la journée à été prolifique pour le tennis français qui a vu six de ses représentants chez les hommes se hisser au troisième tour, Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils, Richard Gasquet, Nicolas Mahut, Julien Benneteau et Michaël Llodra. Dernière française en lice, Marion Bartoli a elle aussi passé le cap.

Les spectateurs australiens ont été comblés en toute fin de journée lorsque Lleyton Hewitt, ancien vainqueur de Wimbledon et de l'US Open, a poursuivi son chemin en bénéficiant de l'abandon de l'Américain Andy Roddick, comme lui ancien numéro un mondial.

Chrystel Boulet-Euchin pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.