[scald=84793:sdl_editor_representation]par Eric Salliot

MELBOURNE (Reuters) - Le tennis français a vécu une belle journée jeudi à l'Open d'Australie avec la qualification de six joueurs pour les seizièmes de finale ce qui fait de la France le pays le mieux représenté à ce niveau de la compétition.

Dans le sillage de Jo-Wilfried Tsonga (n°6), Gaël Monfils (n°14) et Richard Gasquet (n°17) ont assumé leur statut de tête de série alors que Nicolas Mahut, Julien Benneteau et Michaël Llodra ont connu une des plus belles joies de leur carrière.

Le numéro un français Jo-Wilfried Tsonga a pratiqué un tennis sérieux pour se débarrasser en trois sets (7-5 6-4 6-4) du Brésilien Ricardo Mello, 108e mondial.

"Au début, il s'est détaché 4-2 mais il m'a remis dedans en commettant deux doubles fautes. Même scénario dans le troisième set", a dit Jo-Wilfried Tsonga, qui s'est dit rassuré sur son physique et affrontera le Portugais Frederico Gil, 107e mondial.

En session de nuit, Gaël Monfils a comblé un départ poussif pour briser physiquement (2-6 6-0 6-4 6-2) le Brésilien Thomaz Bellucci.

"Physiquement, je me sens bien, je sais que je suis dur à déborder. Il y a toujours des choses à redire, j'ai parfois manqué de tranchant mais c'est relatif", a dit le Parisien, qui rencontrera au troisième tour le Kazakh Mihail Kukushkin, tombeur du Serbe Victor Troicki, n°19.

Richard Gasquet (n°17) a profité, lui, de la fatigue d'Andrey Golubev, 146e mondial et issu des qualifications. Le Kazakh, qui avait joué 4h56 au tour précédent, a abandonné alors qu'il était distancé 6-4 6-2 3-0.

"Je m'attendais à un peu de fatigue de sa part, cinq heures de match face à Youzhny, ce n'est pas rien. La récupération est difficile et ce n'est pas (Radal) Nadal...", a dit Gasquet qui rencontrera le Serbe Janko Tipsarevic, tête de série n°9.

COMBAT DANTESQUE

Julien Benneteau, 39e mondial, a pris le meilleur sur Gilles Simon (n°12) au terme d'un combat intense de 4h12 (7-5 7-6 1-6 3-6 6-2). Tout à sa joie d'avoir obtenu gain de cause, le Bressan a entamé une danse de joie sur le court 6.

"C'est sûr que c'est une belle victoire parce qu'il y a le scénario et la qualité", a analysé Julien Benneteau.

"Que c'était bon de s'en sortir en cinq sets. Au niveau de la concentration et de l'intensité, c'est peut-être mon meilleur match. Maintenir ça pendant plus de quatre heures, c'était violent mais je pense que c'était l'unique façon de gagner."

Le Français, qui vient d'avoir 30 ans, espère avoir récupéré pour son troisième tour face au Japonais Kei Nishikori, tête de série n°24.

Déjà battu en cinq sets l'an dernier par Roger Federer, Gilles Simon était meurtri. "Je m'en veux car j'ai des balles de set dans les deux premières manches. A force d'être en danger tout le temps, à l'arrivée, ça finit dans l'avion", a-t-il pesté.

Nicolas Mahut, 81e mondial, a franchi l'obstacle Tatsuma Ito, 117e mondial, en quatre sets (1-6 7-6 6-2 6-2) malgré une entame qui a fait redouter le pire.

"Pour moi, à 6-1 4-1, le match était perdu. J'ai un corps de cristal mais c'est vrai que depuis deux matches, j'ai un mental d'acier", a résumé Nicolas Mahut.

"Je sauve une balle de set à 5-4 puis quatre dans le tie-break. Franchement, je n'étais pas beau et puis j'ai réussi à faire tourner le truc. Comme il y a beaucoup d'abandons dans ce tournoi, je me suis dit : 'si cela se trouve, le mec n'est pas mieux que moi'."

Samedi, Nicolas Mahut se frottera au tenant du titre, Novak Djokovic.

"Je me suis donné la possibilité de m'offrir un beau cadeau pour mes 30 ans. C'est la deuxième fois que je suis au troisième tour d'un Grand Chelem. La première, c'était contre un numéro un mondial (Roger Federer à Wimbledon en 2006-NDLR). La deuxième fois, ce sera encore un numéro un mondial", a-t-il souligné.

Michaël Llodra, 46e mondial, est pour sa part allé chercher une victoire au forceps face au Russe Alex Bogomolov, tête de série numéro 32. Après avoir mené deux manches à zéro, le Parisien s'est finalement imposé 6-1 6-3 4-6 5-7 6-4 en 3h13.

Au troisième tour, il s'attaquera à Andy Murray (n°4), tombeur du Français Edouard Roger-Vasselin en trois sets (6-1 6-4 6-4).

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Gilles Trequesser

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.