[scald=83627:sdl_editor_representation]par Eric Salliot

MELBOURNE (Reuters) - Avec aucune tête d'affiche sur les courts surchauffés de Melbourne, le tennis français a vécu une première journée douloureuse lundi à l'Open d'Australie.

Sur les douze joueurs en lice, seuls trois ont franchi le premier tour. Les filles ont été les plus prolifiques avec deux sourires.

Stéphanie Foretz-Gacon, 107e mondiale, a signé une belle performance face à la Britannique Elena Baltacha, 54e mondiale, dominée 6-2 6-4.

La trentenaire parisienne ne cachait pas sa satisfaction. "Passer un premier tour à Melbourne, ça ne m'est pas arrivé souvent, s'est-elle réjouie. J'ai fait un super match. Je n'étais pas très stressée et j'en ai profité."

"Je suis vraiment super contente de retrouver Kim Clijsters au deuxième tour. On se connait assez bien puisqu'on est pratiquement de la même génération. Je vais jouer sur un gros court, c'est une grande joueuse. Elle manque un peu de matches après sa blessure et je vais tout faire pour bien jouer."

Pauline Parmentier, 70e mondiale, a vaincu son stress face à la Russe Alia Kudryavtseva, 108e mondiale. Breakée au début du troisième set, la Nordiste a conclu sur un ace libérateur (6-3 5-7 6-3 en 2h10).

"J'ai commencé à me tendre au début du deuxième set mais j'ai su me reprendre, a expliqué Pauline Parmentier. Franchir un tour en Grand Chelem, c'est très important. Il y a cent points à prendre. Comme je n'ai aucun point à défendre d'ici Roland-Garros, je peux espérer décrocher ma place pour les Jeux olympiques de Londres."

Mercredi, au deuxième tour, Pauline Parmentier se mesurera à Monica Niculescu, tête de série numéro 31. La Roumaine au coup droit cisaillé a usé Alizé Cornet, battue 5-7 6-0 6-3 après 3h et 11 minutes d'une lutte sans merci achevée à 23h30.

La Niçoise perd gros. Seizième de finaliste l'an dernier, elle va chuter au-delà de la 110e place mondiale.

Aravane Rezaï, 120e mondiale et bénéficiaire d'une wild-card, a logiquement cédé 6-3 6-4 face à la Chinoise Shuai Peng, tête de série numéro 16.

Le parcours d'Irena Pavlovic, 218e mondial et issue des qualifications, s'est arrêtée face à la Néo-Zélandaise Marina Erakovic, plus expérimentée (7-5 7-6).

Mathilde Johansson a achevé sa tournée sur une troisième défaite consécutive. La Parisienne n'a pu tenir un break dans la troisième manche face à la Tchèque Iveta Benesova, finalement vainqueur 6-3 2-6 6-4.

LE "MIRACLE" SERRA

Chez les hommes, le zéro pointé a été évité par miracle. Florent Serra, 156e mondial et issu des qualifications, a profité de l'abandon de Steve Darcis, pourtant à deux doigts de conclure l'affaire en trois sets secs.

Le Belge a en effet été victime de crampes à la jambe gauche alors qu'il menait 4-2 au troisième set. Incapable de se mouvoir et sanctionné d'un jeu de pénalité, il a dû se résoudre à jeter l'éponge à 6-7 3-6 5-4.

"Etre aussi mal embarqué et s'en sortir, c'est un petit miracle, il en faut parfois, a dit Florent Serra. J'ai mis une quinzaine de minutes à réaliser que c'était bien mon nom inscrit en rouge. Le match était coulé."

Au deuxième tour, le Bordelais s'attaquera au Taïwanais Yen-Hsun Lu, 79e mondial.

Après un premier set remarquable, Adrian Mannarino a subi la puissance de l'Argentin Juan Martin Del Potro (n°11), victorieux 2-6 6-1 7-5 6-4. "Je voyais qu'il baissait physiquement mais il avait un break d'avance et il l'a tenu", a dit le Valdoisien.

Diminué par une déchirure abdominale, Benoît Paire, 84e mondial, n'a guère inquiété (6-1 6-1 7-5) le Suisse Stanislas Wawrinka, tête de série numéro 21.

"Le docteur d'Auckland m'avait conseillé de ne pas disputer mon premier match mais j'ai voulu tenter le coup et je ne regrette pas car j'ai glané 57 points là-bas en atteignant les quarts de finale. J'espère que je n'ai pas aggravé la blessure."

Jérémy Chardy, 82e mondial, a perdu en cinq sets son premier tour face à son partenaire d'entraînement Grigor Dimitrov. En confiance après son titre au Challenger de Nouméa, le Français a eu un break d'avance au cinquième set mais le Bulgare s'est montré plus solide (4-6 6-3 3-6 6-4 6-4).

"J'ai beaucoup de regrets, je me fais débreaker en commettant des fautes à la volée. Après, j'ai subi la pression, j'ai moins bien servi et il l'a senti", a expliqué Jérémy Chardy.

Spécialiste de terre battue, Eric Prodon, 96e mondial, a bien failli emmener Andreas Beck, 93e, au cinquième set mais l'Allemand a su éviter la prolongation (6-4 6-2 4-6 7-5 en 2h32).

"Il a été solide, a dit Eric Prodon. Je m'étais entraîné un mois à Roland-Garros mais j'ai moins d'armes que sur terre battue, où je retourne pour un Challenger en Colombie avant la tournée." Trop tendre, Kenny De Schepper, 135e mondial et invité, a été surclassé par l'Américain Sam Querrey.

Edité par Pascal Liétout

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.