Volnay, Meursault, Pommard... La nuit dernière, les vignobles de Bourgogne n'ont pas été épargnés. Les côtes de Beaune ont terriblement souffert.

Daniel Rebourgeon-Mur est vigneron à Pommard. Il est interrogé par Géraldine Hallot :

Les premiers crus sont les plus touchés.

C'est la troisième année de suite que les viticulteurs de la côte de Beaune subissent les conséquences des intempéries. Le secteur avait déjà été détruit par la grêle en juillet 2013 et à l'été 2012.

Jean-Louis Moissenet est vigneron. Il possède six hectares à Pommard en Côte d'Or. Il a perdu les trois quarts de sa prochaine récolte.

Ca a été très violent, ça a duré cinq à huit minutes.

Pour tenter de protéger les futures récoltes de la grêle, les viticulteurs ont mis en place début juin des générateurs à iodure d'argent. Ils sont destinés à diminuer le nombre et la taille des grêlons. Selon le président du syndicat d'appellation de Volnay, Thiébault Huber, les générateurs ont sans doute limité l'impact de la grêle :

Ce dispositif est fait pour diminuer de moitié la grêle. Peut-être aurions-nous eu des grêlons plus gros sans ça ? "Il faut attendre demain pour connaître les dégâts mais on devrait être dans les mêmes proportions que l'an dernier, soit entre 40% et 80%

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.