Françoise larribe, la femme d'un des otages d'Acqmi et des deux filles
Françoise larribe, la femme d'un des otages d'Acqmi et des deux filles © Radio France

Les autorités françaises agissent "dans la discrétion" pour obtenir la libération des otages français au Sahel, a affirmé dimanche Laurent Fabius. Le ministre des affaires étrangères réagissait à la diffusion d'une vidéo de la famille de Pierre Legrand à l'adresse des ravisseurs. Une initiative diversement appréciée par les autres familles des otages d'Aqmi.

Aujourd’hui c’est la famille de Daniel Larribe, un des quatre otages français enlevés au Niger par Aqmi, en septembre 2010, qui a décidé "d'inonder les parlementaires et les ministres de lettres" dénonçant leur "situation insupportable".

Dans le mail qu'elle adresse aux parlementaires, Marion Larribe, fille du salarié d'Areva, écrit que "l'absence de nouvelles significatives" fait que les familles "sortent de leur réserve" et demandent "de mettre tout en œuvre et par tous les moyens pour que leurs quatre proches rentrent chez eux rapidement et en toute sécurité".

Ce mail, les proches de l'otage souhaitent que tous leurs amis l'expédier à leur député et à leur sénateur, précédé de la mention manuscrite "Trois Noël dans le désert, c'est trop, c'est insupportable !".

"On veut montrer notre mobilisation. Les annonces concernant une action militaire au Mali nous font peur" explique la fille de Daniel Larribe.

Marrion Larribe interrogé par Mathilde Lemaire

Les familles des otages français, notamment ceux retenus au Sahel, étaient restées très discrètes pendant deux ans, laissant le soin aux autorités françaises de négocier. Aujourd’hui elles multiplient les initiatives pour manifester leur désarroi et leur impatience ces dernières semaines.

Lien Image Mali Otages
Lien Image Mali Otages © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.