Au Congrès du 18 novembre, sept mouvements vont rivaliser : la "France moderne et humaniste" incarnée par Jean-Pierre Raffarin, la "Droite populaire" de Thierry Mariani, la "Droite forte" de Guillaume Peltier, les "Gaullistes" de Michèle Alliot-Marie et Roger Karoutchi, "Demain droite" lancée par les jeunes de l'UMP et la "Droite sociale" de Laurent Wauquiez. Ils représentent chacun une mouvance de la droite du gaullisme le plus social à la droite la plus dure. Focus sur le positionnement des principaux animateurs des débats à l'UMP.

Les motions

La France moderne et humaniste

La motion "La France moderne et humaniste" est défendue par Jean-Pierre Raffarin qui soutient Jean-François Copé et Jean Leonetti qui lui est derrière François Fillon. Parmi les membres de cette motion, Luc Chatel (pro-Copé) représente la frange libérale. "La France moderne et humaniste" rassemble une centaine de parlementaires assez proches du centre. Le mouvement compte devenir la première motion au sein de l'UMP et devancer "La droite populaire".

La Droite populaire

L'ancien ministre des Transports Thierry Mariani mène "La Droite populaire". Il représente l'aile droite du parti. Il monte au créneau depuis le début de l'ère Sarkozy au sujet des questions d'immigration et de sécurité. Si Thierry Mariani semble se ranger derrière Jean-François Copé, d'autres membres de la Droite populaire comme le député Eric Ciotti se sont rangés derrière François Fillon. Il mène par ailleurs la campagne de l'ancien Premier ministre.

La droite forte

"Nous sommes fiers d'être sarkozyste", c'est le crédo de ce nouveau mouvement de l'UMP mené par l'ancien membre du Front national Guillaume Peltier. Soutenus par Brice Hortefeux et Bernard Accoyer, cette mouvance est menée pour l'essentiel par des jeunes sarkozystes. Guillaume Peltier a apporté son soutien à Jean-François Copé.

Les Gaullistes

"Les Gaullistes" ont décidé pour la plupart de se tenir hors du débat Copé-Fillon, leur but étant d'éviter une lutte intestine. Parmi les Gaullistes, Roger Karoutchi, le sénateur des Hauts-de-Seine dirige la campagne de Jean-François Copé. Michèle Alliot-Marie a elle décidé de ne pas s'engager. Avec Bernard Accoyer, Henri Guaino ou encore Patrick Ollier, ils se veulent les garants d'une campagne la plus calme possible.

Demain droite

La motion "100% militante et 100% terrain", c'est comme ça que se présente la motion "Demain droite". Composée d'une quarantaine de jeunes de l'UMP, menée par le président des Jeunes Actifs UMP, Franck Allisio, la motion est soutenue par de nombreuses femmes du parti dont Nathalie Kosciusko-Morizet.

La droite sociale

Emmenée par l'ancien ministre Laurent Wauquiez, la droite sociale roule pour François Fillon. La motion est soutenue par 55 parlementaires. Elle défend deux lignes : la "défense des classes moyennes" et la "lutte contre l'assistanat".

La Boîte à idée

C'est le deuxième mouvemnt jeune de l'UMP. Les membres de la "Boîte à idées" se présente comme une motion "anti-division". Elle a été déposée par un collectif de 30 jeunes militants de l'UMP pour "porter une voix de renouveau, unitaire et militante". Les anciens ministres Benoist Apparu, Hervé Gaymard et Bruno Le Maire soutiennent cette motion.

Qui roule pour qui ?

Copé - Fillon : leurs soutiens
Copé - Fillon : leurs soutiens © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.