Pillages et braquages se sont produits après le passage d'Irma à Saint-Martin. Une cellule spéciale pour arrêter les pilleurs a été dépêchée sur place.

Saint-Martin après le passage d'Irma
Saint-Martin après le passage d'Irma © AFP / Martin BUREAU /

Après le choc du passage de l’ouragan Irma à Saint-Martin on a assisté à des scènes de paniques et de pillages de supérettes pour trouver de l'eau et de quoi manger. Mais on a vu aussi des braquages en série de magasins de luxe, de hi fi et d'électroménager.

Hier, un procureur spécial, des officiers de police judiciaire et des gendarmes sont arrivés sur la partie française de l'ile de Saint Martin pour tenter d’éviter de nouveaux pillages de résidences ou de bâtiments publics (à priori Saint Barth, bien moins peuplée a été épargnée par des pillages en série).

Les 250 policiers et les gendarmes déjà présent àSaint-Martin n’ont pas pu intervenir ou presque dès les premiers pillages parce qu'ils ont été personnellement affectés par les dégâts causés par Irma, ou parcequ'ils ont été déployés sur des missions d'assistance aux victimes.

Sur 35000 habitants, la gendarmerie dit avoir affaire à quelque 5 à 600 délinquants déjà connus des services de sécurité et qui ont profité des circonstances.

Ce n’est qu’hier que les premières interventions ont eu lieu avec l’arrivée des renforts.

Le reportage d'Emmanuel Leclère

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.