Après le placement en garde vue de Jean-Claude Mas, l'avocat Philippe Courtois qui représente 1300 porteuses de prothèses P.I.P n'attend pas des explications mais un procès rapide.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.