[scald=222929:sdl_editor_representation]BRUXELLES (Reuters) - La France "prendra ses responsabilités" si un ou deux de ses partenaires européens s'opposent à la levée de l'embargo de l'Union sur la livraison d'armes à l'opposition syrienne, a annoncé jeudi François Hollande en marge du Conseil européen.

La France et le Royaume-Uni ont déclaré à leur arrivée à Bruxelles qu'ils demanderaient aux dirigeants européens de lever rapidement l'embargo sur les armes à l'opposition syrienne pour qu'elle chasse le président Bachar al Assad du pouvoir.

"Nous avons pour objectif, le Royaume-Uni et la France, de convaincre nos partenaires avant la fin du mois de mai et si possible avant", a indiqué le président français lors d'une conférence de presse jeudi soir.

"Si d'aventure il devait y avoir un blocage d'un ou deux pays, je connais un certain nombre de réticences, alors, je ne peux pas m'engager pour d'autres que la France, mais la France elle-même, prendrait ses responsabilités", a averti le chef de l'Etat.

Julien Ponthus, édité par Hélène Duvigneau

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.