Entre le Front de Gauche, écologistes et socialistes, chacun se rejette la responsabilité de l'échec des négociations d'avant législatives. Négociations qui ne concernaient que les circonscriptions où la gauche risque d'être absente au second tour.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.