[scald=199533:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Vincent Peillon craint l'importation du débat sur le mariage homosexuel dans les écoles privées, et les rappelle vendredi à leur devoir de neutralité.

Le secrétaire général de l'enseignement catholique a envoyé en décembre une lettre à ses chefs d'établissements, leur rappelant l'opposition de l'Eglise à ce projet gouvernemental, et suggérant la tenue de débats à ce sujet.

Le ministre de l'Education nationale y voit une "faute", et annonce vendredi dans Le Monde l'envoi aux recteurs d'un courrier leur demandant "la plus grande vigilance" par rapport à ces établissements.

"Il ne me semble pas opportun d'importer dans l'école le débat sur le mariage pour tous. Je considère même qu'en adressant une lettre aux chefs d'établissement, le secrétaire de l'enseignement catholique a commis une faute", déclare Vincent Peillon.

"Cet enseignement, qui est sous contrat avec l'Etat, doit respecter le principe de neutralité et de liberté de conscience de chacun", a-t-il ajouté.

"N'oublions jamais que nous avons affaire à des adolescents et que les tentatives de suicide sont cinq fois plus fréquentes chez les jeunes qui se découvrent homosexuels que chez les autres."

Une manifestation contre le projet de mariage homosexuel est prévue dimanche 13 janvier.

Le texte introduisant cette réforme a été présenté le 7 novembre en conseil des ministres. Il doit être soumis à l'Assemblée fin janvier.

Deux millions d'enfants, soit quasiment un sur cinq, sont scolarisés dans le privé en France, rappelle Le Monde.

Chine Labbé, édité par Jean-Baptiste Vey

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.