Les incidents se multiplient entre les deux pays. La mort hier de 5 villageois turcs tué par un obus syrien a fait encore monter la pression d'un cran. Ankara a riposté et tué plusieurs soldats syriens. Malgré les excuses de Damas, le parlement turc a autorisé l'emploi de la force au nom de la sécurité nationale. Y a t-il un risque d'escalade militaire entre les deux pays ? Didier Billion, directeur adjoint de l'iris, institut de relations internationales ne le pense pas. Il répond à Sébastien Laugénie

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.