La SNCF comparaît cet après midi devant le tribunal de grande instance de Paris. La plainte émane d'une jeune femme, salariée d'un cabinet d'avocats à Lyon, dont le CDI a été interrompu à cause de ses retards fréquents. Elle demande 45.000 euros de dommages et intérêts. Et les usagers attendent beaucoup de ce jugement qui pourrait faire jurisprudence.Corinne Audouin

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.