"On demande plus aux grandes entreprises qu'aux PME, et plus aux riches qu'aux ménages modestes" a expliqué François Fillon hier. Pourtant, pour les ménages, la facture risque d'être lourde.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.