Aide alimentaire
Aide alimentaire © MAXPPP - Audincourt (Doubs) / ÆSimon Daval

Selon une étude publiée aujourd'hui, les bénéficiaires de l'aide alimentaire souffrent davantage d'obésité, de diabète et d'hypertension artérielle que le reste de la population.

L'enquête a été menée en 2011-2012, auprès de plus de 2 000 bénéficiaires de l'aide alimentaire dans 77 structures de distribution de denrées à emporter ou de repas, dans six zones urbaines (Paris, Marseille, Grand-Dijon, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne).

Menée par l'Observatoire régional de santé d'Ile-de-France, l'Unité de surveillance et d'épidémiologie nutritionnelle (Institut de veille sanitaire et université Paris 13), l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) et la Direction générale de la cohésion sociale, elle fait état d'une situation "particulièrement préoccupante dans cette population vulnérable", avec "en particulier des prévalences de pathologies liées à la nutrition (obésité, hypertension artérielle,diabète) très élevées".

Les précisions de Danielle Messager

Les résultats

29% des personnes recourant à l'aide alimentaire étaient obèses en 2011-2012, et ce chiffre monte à 35% chez les femmes, soit le double de ce qui est observé dans la population générale.

Certains groupes d'aliments recommandés pour leur valeur nutritionnelle, comme les fruits et légumes et les produits laitiers sont faiblement consommés par ces bénéficiaires, avec un "écart important" entre la consommation et les recommandations.

L'aide alimentaire est souvent "l'unique source d'approvisionnement" de ces populations, pour de nombreux types d'aliments. Ainsi, plus de la moitié (51%) des usagers des structures distribuant des denrées à emporter, déclaraient avoir recours exclusivement à l'aide alimentaire pour se procurer des produits non périssables (pâtes riz, farine, etc.), des conserves et du lait UHT.

Si l'aide alimentaire "semble permettre un accès suffisant à certains aliments, la disponibilité d'autres éléments apparaît insuffisante", note l'étude.

Depuis plus de deux ans, un usager sur deux a recours à l'aide alimentaire. Cette étude intervient alors que l'aide alimentaire européenne a fait l'objet de coupes d'environ 30% dans son budget pour la période 2014-2020.

> Consulter l'étude

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.