Le politologue Stéphane Rozès, Président de CAP (Conseil, Analyses et Perspectives), estime que les célébrations du premier mai n'ont jamais été aussi politisées.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.