Le politologue Stéphane Rozès, Président de CAP (Conseil, Analyses et Perspectives), estime que les célébrations du premier mai n'ont jamais été aussi politisées.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.