Bernard Pivot
Bernard Pivot © Radio France

C'est ce que raconte l'ancien animateur d'Apostrophes, devenu "twittos" influent en quelques mois sur le réseau social. Il publie un recueil de messages en 140 caractères piochés sur Twitter. Une mine d'or pour l'amateur de bons mots... et il s'y connait.

"J'aime les tweets parce qu'ils partent en silence, circulent en silence et se posent en silence.

", lançait @BernardPivot1 (son pseudonyme sur Twitter) au printemps 2012. 140 signes, et l'un des nombreux tweets à la sauce Bernard Pivot.

À 77 ans, le journaliste et animateur publie donc logiquement "Les tweets sont des chats", aux éditions Albin Michel, ce jeudi. Une compilation de ses meilleurs mots sur le réseau social, qu'il arpente et nourrit chaque jour depuis 2011.

Lui voit Twitter, parfois si superficiel, comme un journal personnel, poétique, philosophique. Un territoire du bref. Une terre où seul l'essentiel compte. Il a même réussi à écrire des romans, en 140 caractères.

Alors, Twitter, nouveau genre littéraire ? La réponse de Bernard Pivot.

Les amateurs de belles (et courtes) réflexions peuvent lire celles de Monsieur Pivot .

> Retrouvez aussi son interview dans l'émission Sans déconnecter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.