Israël va-t-il annexer 30% de la Cisjordanie, occupée depuis 1967 ? Le "plan Trump" présenté en janvier l'envisage, et malgré l’offensive diplomatique arabe, russe et européenne, le premier ministre Netanyahou a fixé une date : le processus débutera le 1er juillet prochain. Reportage dans la vallée du Jourdain.

 Israël souhaite garder le contrôle sécuritaire de la frontière avec Jordanie (En arrière-plan après le fleuve)
Israël souhaite garder le contrôle sécuritaire de la frontière avec Jordanie (En arrière-plan après le fleuve) © Radio France / Frédéric Métézeau

A l'est d'Israël, on longe la frontière avec la Jordanie, où défilent des palmeraies, des serres, des collines rocailleuses aux couleurs du désert et des troupeaux de moutons. La route 90 entre la mer Morte et le lac de Tibériade plonge au coeur de la vallée du Jourdain, sous un ciel sans nuage et un chaud soleil. Cette bande de 160 000 hectares, où vivent 65 000 Palestiniens et 11 000 colons israéliens (chiffres de 2016, selon l'ONG Btsellem), lesquels en contrôlent 85%, est l'une des parties de la Cisjordanie destinée, selon le gouvernement israélien, à être bientôt annexée.

Les palmiers sont l'une des richesses agricoles de la vallée du Jourdain
Les palmiers sont l'une des richesses agricoles de la vallée du Jourdain © Radio France / Frédéric Métézeau

Avec plus de 10 000 palmiers, Yaacov Elbaz exporte ses dattes dans le monde entier. Ce natif d'Ashdod, à l'autre bout du pays sur la côte méditerranéenne,  vit ici à Masua depuis une trentaine d'années. Ses employés sont majoritairement palestiniens, 50 personnes en basse-saison, 250 pendant la récolte, mais le cultivateur ne les voit pas comme les vrais habitants des lieux.

"La vallée du Jourdain est une merveilleuse région... Qui fait partie d'Israël ! La vérité, même avant que Donald Trump n'ait parlé, on a toujours su que c'était un morceau d'Israël. Montrez-moi un livre d'Histoire disant que c'est une terre palestinienne. Il n'y a pas de nation nommée "Palestine". Quand je suis arrivé ici, c'était un désert, il n'y avait pas d'eau, c'était tout jaune, poussiéreux... Avant ça il n'y avait pas de gens, pas de... Je ne dirais pas "Palestiniens", il n'y avait pas d'arabes ici. Alors où est la Palestine exactement ?"

David Elayani, le maire de Masua et président du conseil régional est l'un des colons les plus connus. Musclé, la barbe poivre et sel, crâne rasé et lunettes noires sur le front, cet ancien marin est un élu du parti de Netanyahou, et, comme le premier ministre, il parle de "souveraineté" sur la vallée du Jourdain:

"Annexer, c'est prendre quelque chose qui n'est pas à vous. La souveraineté, c'est quand ça vous appartient ! La Cisjordanie est propriété des Juifs."

En janvier dernier, David Elayani a accompagné Netanyahou à la Maison Blanche pour la présentation du plan Trump. Mais voilà, pour lui ce plan est vicié puisqu'il envisage un Etat Palestinien. Même étriqué et morcelé, c'en est déjà trop. Alors, penché sur une carte avec une règle, un crayon et une gomme, il dessine le plan de ses rêves.

David Elhayani, président du conseil régional est l'une des porte-voix des colons les plus connus
David Elhayani, président du conseil régional est l'une des porte-voix des colons les plus connus © Radio France / Frédéric Métézeau

"Ce n'est pas une carte, c'est une carte américaine ! A 5000 kilomètres d'ici, ils ne savent pas comment on vit. On n'a pas à accepter ce que disent les Américains, la communauté internationale ou les Français ! On doit décider selon nos meilleurs intérêts. Nous voulons la souveraineté sur la vallée du Jourdain, mais on ne veut pas d'un Etat Palestinien. Si c'est pour avoir un Etat Palestinien terroriste, j'abandonnerai la souveraineté. Premier ministre Netanyahou : tu dois mettre le plan Trump de côté!"

Certains partisans de l'annexion ont des motivations idéologiques, religieuses ou nationalistes. Pour d'autres, c'est stratégique : avoir de la profondeur territoriale, contrôler les frontières extérieures et disposer de réserves d'eau douce. Mais ces débats dépassent Gil Rosenblum, un agriculteur au look de surfeur de 35 ans. Ses parents, cultivateurs d'herbes aromatiques, sont venus parce qu'on le leur a demandé !

Gil Rosenblum, 35 ans, cultive des herbes aromatiques avec ses parents installés ici par le parti travailliste (gauche)
Gil Rosenblum, 35 ans, cultive des herbes aromatiques avec ses parents installés ici par le parti travailliste (gauche) © Radio France / Frédéric Métézeau

"Ils voulaient être agriculteurs dans un nouvel endroit. Au début, la plupart des gens étaient du Parti travailliste de gauche ! Donc les travaillistes ont soutenu les colonies dans la vallée du Jourdain.

- Et l'annexion, vous en pensez quoi? 

Je m'en fiche ! Je ne pense pas que ce soit nécessaire. Cela ne changera rien dans ma vie quotidienne."

Pour Christina au contraire, l'annexion changerait tout. Cette palestinienne travaille dans une boutique de souvenirs le long de la route 90:

"Tous les palestiniens n'acceptent pas cette annexion, on est tous contre! [Pour faire un Etat Palestine] il faut toute la Palestine, pas juste quelques paysages ou villages... Tous les Palestiniens ici, même moi, on [est tous pour] la paix, mais dans la justice. Notre problème [n'est pas] avec les Juifs bien sûr, notre problème c'est avec les sionnistes exactement.

- Vous voulez dire les colons, ceux qui sont venus dans la vallée du Jourdain? 

Oui, c'est ça. Donald Trump est toujours avec les Israéliens contre les Palestiniens bien sûr, donc c'est plus difficile [pour nous] de vivre en Palestine."

Netanyahou l'a promis, les Palestiniens annexés n'obtiendront pas la nationalité israélienne. C'est l'évidence même pour Yaacov Elbaz, que l'on retrouve dans sa palmeraie.

Yaacov Elbaz dans sa palmeraie
Yaacov Elbaz dans sa palmeraie © Radio France / Frédéric Métézeau

Cela n'est pas même pas négociable parce que ça changerait la démographie d'Israël ! Israël est un pays juif. On n'accepte pas des non-juifs.

Quand et comment le gouvernement va-t-il lancer le processus ? Comment vont réagir les Palestiniens, entre résignation et colère ? Le compte à rebours est lancé. A compter du premier juillet cette si belle région pourrait basculer.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.