Si l’on connaît autant de choses sur les araignées, c’est parce que des hommes et des femmes consacrent leur vie à les obser ver et à les étudier. Cette dernière partie de l ’exposition présente le travail des chercheurs et plus précisément le type de recherche faite au Muséum ainsi que l’intérêt que suscitent, au-delà du monde scientifique, les outils étonnants dont est dotée l’araignée : Le fil de soie et le venin.

Le fil de soie et venin : Des propriétés hord du commun.

Résistant, léger et flexible, le fil de soie possède des propriétés incomparables. D’une complexité extrême, il est constitué d ’un entrelacement de fibrilles élémentaires. Le diamètre du fil de soie varie entre 25 et 70 μm . À diamètre équivalent, ces fils sont plus solides que de l’acier et possèdent une mémoire de forme 5 à 12 fois plus grande que le latex .L’abdomen de l ’araignée est une véritable usine : les glandes séricigènes produisent de la soie filée par de petites protubérances (les filières) , le plus souvent au nombre de 6, situées sur la face ventrale de l’abdomen. La soie est liquide dans les glandes, mais se solidifie en fibrilles une fois sortie par les fusules au contact de l’air.

À chaque fusule correspond une glande de type différent. C ’est la combinaison des sécrétions de ces glandes qui permet à l ’araignée de produire des fils si particuliers. L’araignée les “ tisse” entre eux afin d’obtenir une soie de nature différente pour chaque usage : collante pour piéger les proies, plus solide pour la retenir en cas de chute, isolante pour protéger son cocon.

Diverses méthodes ont été envisagées pour récolter ce précieux fil. Desélevages ont vu le jour, en particulier à Madagascar avec des néphiles, pouvant produire jusqu ’à 4 km de fil chacune par mois. Cet élevage trop exigeant a été abandonné au début du 20e siècle : prédatrices voraces, il fallait sans cesse approvisionner les araignées en proies vivantes et il arrivait souvent qu’elles se dévorent les unes les autres. C’est désormais grâce à la recherche génétique que les industriels espèrent reproduire la soie d’araignée. Sa forte résistance permettrait d’en faire des vêtements ou des parachutes légers. À diamètre égal, la soie d’araignée est bien plus solide que le kevlar qui sert aujourd ’hui de protection notamment dans les vêtements militaires. Le milieu médical s’y intéresse également. Utilisé pour les sutures, le fil de l’araignée serait non toxique et plus fin que celui utilisé actuellement.

Thomisus Onustus
Thomisus Onustus © Radio France / Alain Canard

Quant au venin , les études en cours laissent présager de nombreuses applications : insuffisances cardiaques, tumeurs au cerveau, maladies neurologiques…Mais la nature ne se laisse pas aisément copier, et la recherche n’en est qu'à ses débuts.

Un partenaire écologique :

Les araignées sont des prédatrices naturelles d’un grand nombre d’insectes qui nous “ennuient ” (moustiques, tiques, puces…) ou qui s’attaquent aux cultures. Chaque année en France, ellesmangent plus de 400 millions d’insectes par hectare .Différentes études ont été menées pour évaluer l ’importance de leur rôle, notamment sur les pommiers : la présence d ’araignées dans un verger réduit de façon considérable la prolifération de certains insectes nuisibles. Des expériences ont été menées dans les vignobles avec une espèce de Theridion . Cette araignée se tient cachée dans les grappes de raisin et elle se nourrit des insectes qui approchent, protégeant du même coup les grains.

Au fil des Araignées
Au fil des Araignées © Sébastien Damoiseau

L'araignée au menu :

S’il y a peu de chances qu ’une araignée vous dévore, en revanche elle peut figurer à votre menu. Une façon humoristique de terminer le parcours de l ’exposition avec un film où l ’on passe en revue quelques exemples de préparations : araignées frites ou en brochettes en Asie, réduites en poudre comme aphrodisiaque au Brésil ou en Australie… Les araignées ont des adeptes tant pour leur goût que pour leur apport de protéines ou leurs éventuelles propriétés médicinales.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.