Deux ministres pour défendre les ZSP
Deux ministres pour défendre les ZSP © reuters

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls et la Garde des Sceaux Christiane Taubira ont dressé à Lyon un premier bilan des Zones de sécurité prioritaires. Les ZSP, promesse du candidat Hollande, ont été annoncées l'été derbier et mises en place quelques mois plus tard. Elles doivent lutter contre la délinquance ancrée dans les quartiers difficiles et pour lesquelles ils devraient annoncer des "moyens".

Les deux ministres ont assuré, une nouvelle fois, que les ZSP sont efficaces dans les 15 territoires qui ont été désignés dès le départ. Depuis, le nombre de ZSP a été élargi à 64. Le gouvernement propose d'ailleurs d'en augmenter encore le nombre.

Manuel Valls et Christiane Taubira ont choisi de présenter ce premier bilan dans un quartier symbolique, le quartier de La Duchère, dans le 9e arrondissement de Lyon.

Les précisions de Maurice Fusier.

1 min

P VALLS et TAUBIRA à la Duchère

L'agglomération lyonnaise compte trois autres ZSP : Vaulx-en-Velin, Vénissieux et Bron-Terraillon.

Dans un contexte budgétaire tendu, le ministre de l'Intérieur doit tout de même annoncer l'arrivée de nouveaux effectifs. Fin 2013, 2.500 policiers sortiront des écoles, contre 500 il y a un an. Plusieurs ZSP devraient voir leurs équipes renforcées au 1er septembre, selon le directeur général de la police nationale (DGPN) Claude Baland.

De même, très récemment, il a été annoncé aux syndicats de police que la prime de résultats exceptionnels (PRE) pour les policiers et les gendarmes (instituée par Nicolas Sarkozy lors de son premier passage à l'Intérieur et qui représente 25 millions d'euros par an) serait en partie distribuée "collectivement" dans les ZSP. Une autre façon de motiver les troupes.

Quel bilan tirer de ces ZSP ? Le point avec le sociologue Sébastian Rocher.

2 min

DCT Invité 18h pour WEB

Les 64 ZSP, qui ont toutes des objectifs de lutte contre la délinquance personnalisée, sont principalement situées dans le nord et le sud de la France ainsi que dans le bassin grenoblois et en région parisienne. Si les résultats sont déjà visibles, le syndicat de police Alliance dénonce un "déplacement" de la délinquance dans les quartiers alentours.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.