« Maintenant nous avons un Etat ». C’est avec ces mots que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas est rentré à Ramallah aujourd’hui, auréolé d’une victoire décrochée à New York. Jeudi, l’assemblée générale des Nations Unies a adopté le statut d’Etat observateur non-membre pour la Palestine.

Des festivités étaient organisées pour l’occasion à la Mouq ataa, siège de la présidence de l’Autorité palestinienne à Ramallah.

Emilie Baujard y a assisté pour France Inter

Désormais, les Palestiniens peuvent donc bénéficier d’un accès aux traités internationaux et aux agences de l’ONU. Ils peuvent aussi, s’ils le souhaitent, saisir la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. Une victoire pour l’Autorité palestinienne que son chef, Mahmoud Abbas, a souhaité dédier à Yasser Arafat, ancien chef historique des Palestiniens.

Face à cela, Israël n’a pas attendu pour riposter. Vendredi, le gouvernement de Benjamin Netanhayou a confirmé la construction de 3000 logements dans les colonies israéliennes de Cisjordanie et Jeruslem-est. Cette fois-ci, c’est d’argent qu’il est question. L’Etat hébreu refuse de reverser ce mois-ci les 92 millions d’euros de droits de douanes collectés au profit de l’Autorité palestinienne.

En Israël, Danielle Tabor pour France Inter

L’annonce de l’expansion des colonies juives a été condamnée par la scène internationale. Union européenne, France, Grande-Bretagne ou Etats-Unis ont dénoncé une attitude « contre-productive ».

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.