Le futur président, disposera d'une marge de manoeuvre très réduite face aux militaires qui ont décidé de changer les règles du jeu le soir du 2è tour. "L'armée remet le pouvoir à l'armée", ironisait le quotidien indépendant al-Masri al-Youm.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.