En charge de dossiers sensibles comme celui de l'attentat de Karachi, le juge d'instruction Marc Trévidic estime être victime de pressions. Il a donc saisi l'USM, principal syndicat de magistrats.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.