La prison des Baumettes propose un des conditions d'hébergement "très dégradées"
La prison des Baumettes propose un des conditions d'hébergement "très dégradées" © Maxppp

Il y a de plus en plus de détenus en France. On peut même dire qu'il n'y en a jamais eu autant : au 1er décembre, un nouveau record historique a été battu, avec 67.674 personnes incarcérées. Le précédent record datait du 1er juillet, on comptait alors 67.373 prisonniers.

Sur un an, le nombre de détenus a augmenté de 3,7%. Le problème, c'est que le nombre de places ne suit pas. La capacité du parc pénitentiaire est actuellement de 56.953 places. Soit un taux d'occupation de 118,8%... Cherchez l'erreur mathématique.

L'autre phénomène inquiétant, c'est le nombre de prévenus, ces personnes en attente de jugement, incarcérées temporairement. Ils représentant 25% des détenus (16.945 personnes, précisément). Les détenus mineurs, eux, sont 723, soit 6,2% de plus qu'au 1er novembre.

Pour lutter contre cette surpopulation dans les prisons et contre la "politique du tout-carcéral", la ministre de la Justice Christiane Taubira a adressé une circulaire demandant aux parquets de favoriser l'aménagement des peines.

Les Baumettes, travaux en cours

Car la vie en prison est loin d'être rose. Le grand public a découvert récemment la situation de la prison des Baumettes, à Marseille, vivement dénoncée par l'Observatoire international des prisons (OIP). Conséquence directe : le tribunal administratif de Marseille vient d'ordonner à l'administration pénitentiaire de contrôler les cellules. Il s'agira de vérifier que chacune "dispose d'un éclairage artificiel et d'une fenêtre en état de fonctionnement", mais aussi de "procéder à l'enlèvement des détritus" et de veiller à ce que les repas des détenus ne soient plus "entreposés sur le sol ni à proximité des bennes à ordures". Ce qui prouve donc que c'était bien le cas...

Écoutez la réaction de Patrick Spinosi, avocat de l'OIP.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.