Les hollandais historiques et "préhistoriques" se sont retrouvés hier soir au ministère de la défense, à l'invitation de Jean-Yves Le Drian. Un dîner quasi-mensuel depuis l'accession de François Hollande à l'Elysée. "Depuis 25 ans, Jean-Yves Le Drian, c'est l'homme des transcourants (ndlr : courant PS initié par François Hollande devenu depuis Démocratie 2012). Le ministre de la défense perpétue la tradition", explique un participant. Autour de la table, des ministres, Michel Sapin (travail), Kader Arif (anciens combattants), Stéphane le Foll (agriculture), Marie-Arlette Carlotti (personnes handicapées), Thierry Repentin (formation professionnelle); des parlementaires, Jean-Pierre Bel (president du Sénat), François Rebsamen (president du groupe PS au Sénat), Bruno le Roux (president du groupe PS à l'Assemblée), Frédérique Espagnac (porte parole du PS) et des fidèles parmi les fidèles comme Bernard Poignant, André Vallini et Faouzi Lamdaoui.

Au cours du dîner, trois thèmes de discussion : le dernier congrès de Toulouse, "chacun a pu trouver sa place", se félicite-t-on -Notamment les hollandais historiques- ; la conférence de presse du Président de la République, "coup d'envoi de la dynamique présidentielle"; ils ont surtout mis l'accent sur la nécessaire "cohésion de la majorité" et pointé les "tiraillements notamment au Sénat". Un participant lâche : "ne laissons pas la majorité présidentielle se laisser atteindre par de petites ambitions personnelles". Dans le viseur direct des hollandais : le Front de gauche et surtout le sénateur EELV Jean-Vincent Placé.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.