Un PV d’audition retranscrit quasiment en temps réel sur le Figaro.fr

Claire Thibout vient à peine de se rétracter partiellement que l’extrait du Procès Verbal concerné arrive par fax sur le bureau du patron de la rédaction du Figaro, Etienne Mougeotte. Celui-ci s’empresse de le publier sur le site internet du journal. Le lendemain, il publie un éditorial au vitriol pour dénoncer le journalisme de caniveau de Mediapart.

Le monde.fr, qui a également reçu un fax, publie un premier article en ligne sur le même thème. Gérard Davet, le journaliste qui suit le dossier Bettencourt, racontera sur le plateau de l’émission du site Arrêt sur Image sa stupéfaction d’avoir reçu si promptement l’extrait du P.V. Stupéfaction renforcée par le fait, peu courant, qu’un confrère de télé l’ait reçu au même moment. Gérard Davet consacre sa journée du 8 juillet à tenter de se procurer le P.V intégral de l’audition de Claire Thibout. Son article suivant donnera donc une version plus complète.

A midi, ce même 8 juillet 2010, le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant publie un communiqué expliquant que la « vérité » est rétablie.

Le rapport de l’IGF qui, selon le gouvernement et l’Elysée, blanchit également Eric Woerth

A la veille d’un entretien télévisé du président de la république sur France 2 (12 Juillet), l’inspection générale des finances publie son rapport d’enquête et conclut à la non intervention du ministre du budget dans le dossier Bettencourt.

Nicolas Sarkozy l’utilise pour évacuer les accusations de la presse et d’une bonne partie de l’opposition politique.

Lors de cet entretien avec David Pujadas, le chef de l’Etat s’en prend violemment à Mediapart et à Claire Thibout à propos de la remise présumée d’enveloppes au domicile des Bettencourt à Neuilly. En revanche, il ne commente pas les déclarations de Claire Thibout relatives à un éventuel financement illégal de sa campagne électorale, via Patrice de Maistre et Eric Woerth.

Fin juillet, Liliane Bettencourt est entendue par les policiers. Elle ne se souvient pas d’avoir remis la moindre enveloppe à Eric Woerth.

Fin juillet également, des extraits des cahiers de caisse de Claire Thibout sont publiés par l’hebdomadaire Marianne. On y apprend que 338 000 euros ont été retirés en liquide sur les comptes courants de Liliane Bettencourt durant le premier trimestre 2007, en période électorale. Aucune explication n’est donnée sur leur destination, alors que cette somme est bien supérieure aux montants retirés au premier trimestre de l’année précédente.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.