1 min

E Veuve se bat pour enterrer son mari

A Saint-Estève, une commune située dans la banlieue de Perpignan, l'enterrement d'un homme, un harki de 69 ans, mort lundi soir d'un cancer, tourne à la polémique. Il souhaitait être enterré selon les rites musulmans, dans un carré prévu dans le cimetière de la commune par le maire précédent. Mais le nouveau maire ne veut plus de ce projet. Hier après-midi, la famille, qui vient donc de perdre un proche, est venue demander des explications en mairie Catherine Duthu

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.