Il a d'abord RT, suscitant l'étonnement, voire l'incrédulité. Puis il a tweeté, et Twitter s'est enflammé.

Edward Snowden en mars 2015
Edward Snowden en mars 2015 © AFP / OLE SPATA / DPA / AFP

C'est désormais rituel : les soirées télévisées se regardent, se commentent et se suivent aussi sur les réseaux sociaux. Résumés, factchekings, livetweets, parodies, soutiens, critiques... le débat de l'entre-deux tours de la primaire à gauche n'a pas fait exception à la règle. Avec un observateur de marque, Edward Snowden.

France Inter a - comme de très nombreux médias et journalistes - tenté de faire intervenir le lanceur d'alerte directement dans le débat. Sans succès...

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.