Comment obtenir le Stic (Système de traitement des infractions constatées) de personnalités ? Visiblement, il suffit d'un coup de fil passé au bon commissariat. Les fichiers de plusieurs rappeurs français se sont ainsi retrouvés sur YouTube.

La Fouine, Morsay, Cortex, Booba, Rhoff... Outre le rap, le point commun entre ces rappeurs, c'est d'être un jour passés dans un commissariat. Or il n'en faut pas plus pour se retrouver enregistré dans le Stic, un gigantesque fichier (6,5 millions de personnes enregistrées, mais aussi 38 millions de victimes) géré par la Police nationale (différent du casier judiciaire qui recense uniquement les condamnations).

Les précisions de Sara Ghibaudo

Des données qui ne doivent en principe pas sortir du circuit judiciaire, et encore moins se retrouver sur Internet. C'est pourtant ce qui s'est passé. Des plaisantins regroupés sous le pseudonyme fleuri de "violvocal" ont réussi à obtenir les fiches Stic des rappeurs, avant de les diffuser. Comment ? Simplement en téléphonant à plusieurs commissariats de Paris et de son agglomération. En se faisant passer pour des policiers, ils ont réclamé à leur interlocuteur de se connecter au Stic pour "sortir le casier" de personnes... soi-disant interpellées par leurs soins.

La vidéo a depuis disparu du site de YouTube, mais elle a créé quelques remous. En premier lieu chez les rappeurs eux-mêmes. Dans une vidéo, Cortex prend par exemple l'affaire "à la rigolade" ... Mais se dit pour le moins "étonné que la police lâche comme ça des informations" .

La préfecture de police de Paris, elle, ne rigole pas du tout. La justice non plus : les quatre parquets de la région parisienne ont ouvert des enquêtes, toutes confiées à la Brigade d'enquête sur les fraudes aux technologies de l'information.

Selon une source de la préfecture de Police :

On prend cette affaire très au sérieux. Les données des fichiers comme le Stic ne sont pas communicables.

En 2009, un rapport de la Commission nationale de l'informatique des des libertés (Cnil) pointait déjà du doigt des dysfonctionnements autour de ce fichier informatique, en particulier des problèmes de rigueur.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.