Cette trêve a été orchestré par le médiateur de l'ONU et le régime de Damas. Les mouvements rebelles en ont accepté le principe. Sur le terrain, le sceptissimsme prédomine : la précédente trêve, il y a six mois n'avait duré que quatre heures. Valérie Crova.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.