Selon des sources antiterroristes, une Française de 33 ans, Émilie König, a été arrêtée en Syrie par les forces kurdes. Cette femme était inscrite, depuis 3 ans, sur la liste noire américaine des terroristes internationaux.

Emilie Konig apparait dans un documentaire tourné par la réalisatrice Agnès Féo
Emilie Konig apparait dans un documentaire tourné par la réalisatrice Agnès Féo © Radio France / Capture écran

Cette bretonne, qui a rejoint la Syrie en 2012, est l'une des plus actives djihadistes françaises sur les réseaux sociaux, servant la propagande de l'organisation État Islamique. Au départ, elle est une jeune fille que rien ne distingue, ou presque. Famille du Morbihan, classe moyenne, dernière d'une fratrie de quatre, un père gendarme. 

C'est alors qu'elle vit à Lorient et élève seules ses deux fils qu'Emilie König va afficher sa radicalisation. 

Par son niqab, par les tracts pro-djihad qu'elle distribue, par la vidéo qu'elle publie en février 2012 alors qu'un agent de sécurité du tribunal de Lorient lui refuse l'entrée, par son soutien affiché aux islamistes de Forsane Alizza .

En mai 2012, elle reçoit chez elle la sociologue Agnès de Féo qui l'interroge alors sur ses convictions. 

Les lois divines ne sont pas monstrueuses, elles veulent le bien pour l'humanité

Quelques mois après, Emilie König laisse ses enfants pour rejoindre la Syrie. Sur place, elle se marie à un Français, s'entraîne à la kalachnikov et poste régulièrement des vidéos de propagande sur YouTube. 

Elle est également soupçonnée de recruter des candidats au djihad. Voire d'ordonner des attaques sur le sol français. C'est en tout cas pour cette raison que quelques semaines avant les attentats du 13 novembres, les États-Unis l'inscrivaient sur leur liste noire des terroristes internationaux.

►ÉCOUTER | Les précisions de Charlotte Piret : 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.