Killian, 16 ans et élève en première au lycée Tocqueville de Grasse, y a tiré sur plusieurs personnes. Ses motivations seraient purement personnelles, selon le parquet.

Fusillade à Grasse
Fusillade à Grasse © AFP / VALERY HACHE

Les portes du lycée Tocqueville sont ouvertes ce vendredi, mais, il n'y aura pas cours à Grasse, au lendemain du geste perpétré par Killian, 16 ans, qui a tiré sur plusieurs personnes de l'établissement jeudi, blessant ainsi quatre personnes, dont le proviseur, qui a tenté de s'interposer entre un élève et l'agresseur. Le jeune homme a pénétré dans le lycée à la mi-journée, lourdement armé.

La ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem s'est rendue sur place en fin d'après-midi jeudi :

Il s'agit de l'acte fou d'un jeune fragile et fasciné par les armes à feu. Nous sommes passés à côté du pire.

Selon la procureure de la République, ses motivations seraient liées à "ses mauvaises relations" avec d'autres élèves, et aucun lien n'a été établi avec une entreprise terroriste. Killian B. a agi seul, et été interpellé quelques instants après avoir ouvert le feu.

"Des problèmes psychologiques"

Le bilan fait état de quatre blessés par plombs (urgences relatives), tous hospitalisés, et de dix autres victimes évacuées (choquées ou blessées par bousculade). Une cellule médico-psychologique a été mise en place pour les élèves de l'établissement.

Le suspect, âgé de 16 ans, a été retrouvé en possession d'un fusil, de deux armes de poing et de deux grenades, et n'a opposé "aucune résistance" au moment de son arrestation. Il est a priori inconnu des services de police et paraît avoir agi seul. Il a été placé en garde à vue pour "tentatives d'assassinats".

Christian Estrosi, président Les Républicains de la région PACA
Christian Estrosi, président Les Républicains de la région PACA © Radio France

Le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christian Estrosi, a confirmé :

On est plutôt sur quelqu'un qui semble avoir des problèmes psychologiques

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.