Les représentants de trois desprincipales institutions européennes ont reçu à Oslo le prix Nobel de la paix 2012, répondant aux critiques qui se sont élevées depuis la décision du comité Nobel norvégien. L'UE, après des jours de tergiversations, avait décidéd'envoyer à Oslo Herman Van Rompuy, président du Conseileuropéen, qui rassemble les dirigeants des 27 pays membres, JoséManuel Barroso, président de la Commission européenne, l'organeexécutif de l'Union, et Martin Schulz, président du Parlementeuropéen.

Le reportage à Oslo de Quentin Dickinson

Le président français, François Hollande, s'est rendu à Oslo à l'occasion de la remise du prix Nobel de la paix 2012 à l'Union européenne.

Le Premier ministre britannique David Cameron, dont le parti est marqué par une fronde des eurosceptiques, a boudé l'événement. Pour l'ancien commissaire européen Jacques Barrot, c'est le signe d'un afaiblissement de l'idée européenne. Afaiblissement marqué selon cet Euroépen convaincu, par la panne du moteur franco-allement.

Jacques Barrot interrogé par Dominique André

Lors d'une conférence de presse à l'Elysée en compagnie du Premier ministre norvégien, le président français avait dit qu'il se rendrait "avec fierté" et "esprit de responsabilité" à Oslo cejour-là.

C'est un prix qui honore la construction européenne, qui récompense le courage de ceux qui ont permis la construction de l'Europe après le désastre de la Seconde Guerre mondiale, qui ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour réunifier le continent européen, balayer le Mur de Berlin de ce qui nous avait séparés. Nous devons montrer le même courage, la même volonté, pour vaincre la crise, lutter contre le chômage et donner à l'Europe la vision qui lui manque aujourd'hui

Les Vingt-Sept ont été distingués par le comité Nobel pour avoir "contribué pendant plus de six décennies à promouvoir la paix et la réconciliation, la démocratie et les droits del'homme en Europe".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.