Depuis le début de cette affaire, les soutiens au médecin mis en examen pour empoisonnement sur personne vulnérable se multiplient : sur Facebook, via une pétition, et cet après-midi, 3 à 400 personnes manifestaient leur soutien à l'urgentiste.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.