une fillette au commissariat pour cantine impayée dans les pyrénées-atlantiques
une fillette au commissariat pour cantine impayée dans les pyrénées-atlantiques © reuters

Léa, une petite fille de cinq ans a été emmenée mardi par une policière municipale, alors qu’elle se trouvait dans la cantine municipale d'Ustaritz, dans les Pyrénées-Atlantiques, en raison d'un impayé de 170 euros. A son retour, dans l’après-midi, ses camarades qui avaient assistés à la scène, ont été très étonnées de la revoir puisqu’ils la croyaient en prison.

"C'est un procédé irresponsable", a dénoncé le directeur de l'école Saint Vincent, Laurent Aguergaray, précisant que Léa et ses camarades avaient été traumatisés.

Le maire (sans étiquette) d'Ustaritz, Dominique Lesbats, a regretté "le déroulement des événements" mais souligné que "la mère avait été avertie mardi qu'elle devait venir chercher sa fille, qui ne pouvait pas déjeuner à la cantine" mais qu'elle n'est finalement "pas venue".

Les parents, en instance de divorce, doivent 170 euros à la cantine qui dépend de la mairie d'Ustaritz

La policière est venue chercher la petite fille pour la ramener à son domicile. Devant l'absence de la mère, elle a été ensuite conduite au commissariat –où elle a été nourrie- puis a été ramenée à l'école dans l'après-midi.

La ministre déléguée à la Famille Dominique Bertinotti a dénoncé une "méthode qui n'est pas admissible."

Le défenseur des droits, Dominique Baudis, "profondément choqué", a annoncé jeudi avoir décidé d'ouvrir une enquête. Il avait déjà a lancé fin août 2012 un appel à témoignages sur les difficultés d'accès aux cantines scolaires, quelque en soit le motif, afin de dresser un état des lieux.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.