Dans l’enquête sur "l’affaire des faux espions", des documents saisis chez Renault, indiquent qu’au moment de la révélation du scandale, début 2011, Renault a anticipé un possible suicide des trois salariés accusés (à tort) d’espionnage.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.