Rencontre exceptionnelle avec Juliette Gréco, marraine de l'exposition Paris en chanson , le jeudi 10 mai à 18h30 à la bibliothèque historique de la Ville de Paris(24, rue Pavée, Paris 4e) . Entrée libre sur réservation uniquement au 01 44 78 80 50

Il n’est pas besoin d’être née à Paris pour être parisienne. Il n’est même pas besoin d’être parisienne pour être Paris. Et Juliette Gréco est Paris. Née à Montpellier de mère bordelaise et de père corse, elle dit elle-même qu’elle est venue au monde à Paris. Son expression est exacte : "il n’y a pas loin de son Paris au monde entier ". Son Paris est Saint-Germain-des-Prés, bien sûr, Jean-Paul Sartre qui l’aide à choisir ses premiers textes de chansons, Joseph Kosma qui les met en musique, Raymond Queneau qui la remercie d’avoir mis tant d’insolence à son Si tu t’imagines … Un clin d’oeil plus tard, ce sont des étudiants de Berkeley ou de Tokyo qui rêvent de ses pochettes de disques, des jeunes femmes de Buenos Aires ou de Beyrouth qui se désirent aussi libres qu’elle… Et, depuis lors, elle chante tous les vertiges nés de Paris, ceux de Jacques Brel ou de Serge Gainsbourg il y a quelques années, ceux d’Abd Al Malik ou de François Morel aujourd’hui. Si différente qu’elle soit de Josephine Baker , de Maurice Chevalier ou de Francis Lemarque , elle partage avec eux mieux qu’une parenté, mieux qu’une ivresse, mieux qu’un amour. Comme eux, elle incarne la plus belle ville du monde, tout simplement.

Cette rencontre est animée par Bertrand Dicale , journaliste et chroniqueur à France Info dans l’émission «Ces chansons qui font l’histoire». Il est également l’auteur de Juliette Gréco, une vie en liberté (éd. Perrin, 2011) et Juliette Gréco : l’invention de la femme libre (éd. Textuel, 2009).

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.