Boris Berezovski, homme d'affaires russe autrefois proche de Vladimir Poutine avant de devenir l'un de ses plus farouches détracteurs, est décédé à l'âge de 67 ans dans des circonstances "inexpliquées" à son domicile londonien, samedi.

Selon un communiqué de la police londonienne:

Sa mort est actuellement considérée comme inexpliquée et une enquête est en cours. Les agents ont achevé leur examen de la propriété (...) après le décès inexpliqué et n'ont rien découvert.

Le cordon de sécurité mis en place pendant les recherches autour de la résidence de Boris Berezovski, située dans le Berkshire, à l'ouest de Londres, a été levé.

Des associés de Boris Berezovski ont rapporté que l'oligarque avait été retrouvé mort dans le sauna de sa résidence et qu'il se serait suicidé, ou aurait été victime d'une crise cardiaque, après avoir perdu un procès, dans lequel 4,6 milliards d'euros étaient en jeu, contre son compatriote Roman Abramovich, propriétaire du Chelsea Football Club.

Ecoutez les précisions de Franck Mathevon

Selon Andreï Sidelnikov, un ami de l'homme d'affaires:

Je peux confirmer qu'il est mort à son domicile. Je le connaissais depuis longtemps. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble. Je suis choqué. C'est la fin d'une époque.

Né le 23 janvier 1946 à Moscou, Boris Berezovski, âgé de 67 ans, fut l'un des hommes les plus riches de Russie et s'était réfugié au Royaume-Uni après avoir longtemps eu accès aux coulisses du pouvoir, étant surnommé "le parrain du Kremlin" par ses amis comme ses ennemis.

Le mathématicien de formation, qui avait débuté dans les affaires en achetant et revendant des automobiles Lada en 1989, avait bâti sa fortune sur les ruines de l'économie soviétique, profitant de la corruption pour mettre la main sur des entreprises pétrolières et métallurgiques. Il a largement contribué à la réélection à la présidence russe de Boris Eltsine en 1996, en rassemblant derrière sa candidature les nouveaux milliardaires du pays, qui avaient comme Boris Berezovski constitué leur fortune à la chute de l'URSS et craignaient une victoire du candidat communiste Guennadi Ziouganov.

Beaucoup d'observateurs jugent que Boris Berezovski a joué un grand rôle dans l'arrivée sur la scène publique de Vladimir Poutine à la fin des années 1990, jusqu'à ce que Boris Eltsine désigne comme successeur l'ancien officier du KGB lors de sa démission soudaine, le 31 décembre 1999.

Boris Berezovski "a présenté (Poutine) à l''establishment' russe de l'époque, il l'a introduit dans le cercle rapproché de Boris Eltsine, et il a été le premier à penser que ce bureaucrate anonyme pouvait se muer en successeur", raconte Sergueï Parkhomenko, rédacteur en chef du magazine Vokroug Sveta.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.