hassan rohani affirme les droits de l'iran en matière nucléaire
hassan rohani affirme les droits de l'iran en matière nucléaire © reuters

Le nouveau président iranien, le modéré Hassan Rohani, a déclaré lundi que l'Iran était prêt à plus de transparence dans son programme nucléaire et à renouer des relations constructives avec le reste de la planète sans pour autant vouloir suspendre son activité controversée d'enrichissement de l'uranium.

Les pays occidentaux, qui ont imposé à l'Iran des sanctions de plus en plus draconiennes au fur et à mesure des avancées iraniennes en matière nucléaire, soupçonnent Téhéran de chercher à se doter à terme de l'arme atomique, ce que le pays nie, affirmant que son programme n'est qu'à visées civiles.

"Nos programmes nucléaires sont totalement transparents, mais nous sommes prêts à faire preuve d'une plus grande transparence encore et à démontrer au monde entier que les mesures prises par la république islamique d'Iran s'inscrivent totalement dans le cadre international", a déclaré le nouveau président lors de sa première conférence de presse depuis sa victoire au premier tour de l'élection, vendredi.

Rohani était le chef des négociateurs iraniens quand Téhéran a conclu avec la "troïka" européenne (Allemagne, France et Grande-Bretagne) la suspension de ses activités en matière d'enrichissement de l'uranium entre 2003 et 2005. "Cette période est révolue", a-t-il dit lundi.

Les Etats-Unis, a-t-il souligné, doivent reconnaître les droits de l'Iran en matière nucléaire et s'engager à ne pas interférer dans ses affaires intérieures avant que des discussions directes entre les deux pays puissent être envisagées.

"La question des relations entre l'Iran et l'Amérique est une questions difficile et compliquée", a déclaré le successeur de Mahmoud Ahmadinejad. "C'est une vieille blessure qu'il va falloir (...) guérir", a-t-il ajouté.

Washington et Téhéran ont rompu leurs relations diplomatiques pendant la longue prise d'otages à l'ambassade américaine, en 1979-1980.

APPEL À LA LIBÉRATION DE MOUSSAVI

Rohani, un religieux présenté comme modéré, doit maintenant constituer un gouvernement qui devrait être opérationnel pour le mois d'août.

"Votre gouvernement (...) poursuivra les objectifs nationaux (...) sur la voie d'un sauvetage de l'économie du pays, d'une relance de l'éthique et d'une interaction constructive avec le monde avec de la modération", a-t-il ajouté.

Hassan Rohani a également exprimé son espoir que tous les pays se saisiraient de cette nouvelle chance donnée à des relations amicales.

Mais la conférence de presse a été brusquement interrompue après un appel lancé à la libération d'un des leaders réformateurs emprisonnés Mirhossein Moussavi, 71 ans, battu par Ahmadinejad à la présidentielle de 2009 au terme d'un scrutin jugé frauduleux et assigné à résidence depuis 2011.

"Souviens-toi Rohani, que Mirhossein doit être (présent)", a lancé un homme dans l'assistance après s'être brusquement levé sous l'oeil des caméras de télévision.

L'homme a été poussé dehors par le service de sécurité tandis que Rohani descendait de l'estrade. La télévision publique a ensuite diffusé de la musique et des scènes d'électeurs se rendant aux urnes.

La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, qui se trouvait en visite en Irak, a insisté sur la confiance nécessaire à atteindre dans le dossier nucléaire

"Nous allons maintenant attendre la constitution du nouveau gouvernement", a déclaré à la presse Catherine Ashton en visite à Bagdad.

"Je poursuivrai mon travail qui est de pousser l'Iran à travailler étroitement avec moi et la communauté européenne pour bâtir la confiance dans la nature du programme nucléaire iranien", a ajouté la Haute représentante de l'Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité.

lien image webodc iranian stories
lien image webodc iranian stories © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.