Une partie de l'Europe fait face à une reprise épidémique, particulièrement forte au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas où tous les indicateurs s'envolent. Nous faisons le point avec quatre infographies

Un masque au sol à Munich, en Allemagne, le 2 novembre 2021. Certains Landers renforcent les mesures sanitaires face à l'augmentation des cas de covid.
Un masque au sol à Munich, en Allemagne, le 2 novembre 2021. Certains Landers renforcent les mesures sanitaires face à l'augmentation des cas de covid. © AFP / PETER KNEFFEL / DPA

Relâchement des gestes barrières, campagnes vaccinales à l'arrêt...Hier, le ministre de la Santé allemand a fait part de son inquiétude vis-à-vis d'"une pandémie massive", essentiellement de "non-vaccinés". Depuis la mi-octobre, le nombre de cas de covid et d'hospitalisations ne cessent d'augmenter en Europe, en particulier chez nos voisins. 

Plus de 40 000 contaminations quotidiennes au Royaume-Uni

Ce seuil n'avait pas été atteint au Royaume-Uni depuis trois mois. Du 15 au 30 octobre, le Royaume-Uni a enregistré plus de 40 000 cas par jour. Si la population est globalement vaccinée, ce qui permet de limiter les cas graves et les décès par rapport aux autres vagues, le pays vit actuellement libéré de presque toutes les restrictions sanitaires, depuis début juillet. Malgré l'appel de nombreux scientifiques à réagir le 20 octobre, le premier ministre Boris Johnson a écarté l'idée d'un nouveau confinement, et préfère miser sur la vaccination des plus jeunes.

En Allemagne, les contaminations quotidiennes ont plus que doublé depuis la mi-octobre. Elles sont passés de 8 700 il y a trois semaines à plus de 19 000 ce mardi. Même constat aux Pays-Bas, où plus de 7 500 cas sont désormais enregistrés quotidiennement. 

A titre de comparaison, la France fait figure de bon élève, avec environ 6 000 nouveaux cas par jour actuellement. Cela est dû au maintien des gestes barrières durant l'été, selon l'épidémiologiste Mircea Sofonea, interrogé par France Inter. Selon lui, la reprise épidémique globale en Europe était prévisible, car l'efficacité des premières doses de vaccins diminue avec le temps. Aujourd'hui seule une moitié du public français éligible a reçu sa dose de rappel.

Le taux d'incidence monte en flèche au Pays-Bas

Les taux de contamination rapportés à la population suivent naturellement la même pente. Le taux d'incidence est particulièrement préoccupant aux Pays-Bas, où il atteint 450 cas pour un million d'habitants, contre à peine 100 cas il y a un mois. Cette semaine, les contaminations ont augmenté de 39%. 

Pour endiguer cette reprise, le Premier ministre Mark Rutte a annoncé ce mardi une série de mesures dont le rétablissement du port du masque dans les lieux publics fermés et la distanciation sociale, d'un mètre cinquante minimum. 84% des adultes néerlandais sont totalement vaccinés, mais le protocole sanitaire avait été largement assoupli, avec l'amélioration des indicateurs.

En Angleterre, où le taux d'incidence rapporté à la population est très élevé, l'agence de sécurité sanitaire surveille de près un nouveau sous-variant : le "AY4.2", issu du variant Delta. En cours d'étude, cette nouvelle souche serait plus contagieuse que la précédente. 

Côté français, le taux d'incidence reste bien inférieur, mais dépasse désormais les 50 cas pour 100 000 habitants dans la moitié des départements. Le masque à l'école primaire sera donc de nouveau obligatoire dans trente-neuf d'entre eux dès ce lundi.

Tensions dans les hôpitaux allemands et néerlandais

Le ministre de la Santé allemand a annoncé hier que les lits en soins intensifs commençaient de nouveau à manquer. "La quatrième vague de la pandémie se développe hélas comme nous le redoutions parce que le nombre de vaccinés n'est pas suffisant", a complété le président de l'institut de veille sanitaire. En Allemagne, deux à trois millions de personnes de plus de 60 ans ne sont toujours pas vaccinés, a déploré la chancelière Angela Merkel. 

La situation est similaire aux Pays-Bas, où depuis fin octobre, les hôpitaux ont été forcés de déprogrammer des interventions et de rouvrir des services de soins consacrés aux patients covid. En France, les hospitalisations ont augmenté de 7% en une semaine, dont 4% en soins critiques. 

Les décès quotidiens repartent légèrement à la hausse partout

Alors que le seuil des cinq millions de morts du covid dans le monde a été dépassé en début de semaine, le nombre de décès continue d'augmenter dans les trois pays voisins de la France. Le Royaume-Uni, pays européen le plus endeuillé avec 140 000 morts, a recensé mardi 292 décès, une première depuis mars dernier. L'Allemagne a recensé le même jour 194 décès, contre 75 en France, selon Santé Publique France. 

Les infographies sont basées sur les données statistiques du site de référence Our World in Data