Alors que le gouvernement lance une refonte du système d'accompagnement des bénéficiaires du RSA, France Inter vous révèle les territoires où ces personnes sont suivies avec le plus de rapidité, et ceux où ils sont un peu abandonnés à eux même, après leur inscription dans le dispositif, au mépris des délais légaux.

Le siège de la CAF en Gironde
Le siège de la CAF en Gironde © AFP / MEHDI FEDOUACH

Selon votre département, vous ne bénéficierez pas aujourd'hui du même accompagnement au retour à l'emploi si vous êtes au RSA. Cela fait pourtant partie des missions des conseils départementaux. 

Un an après le lancement du plan pauvreté, le gouvernement a entamé la concertation autour d'un nouveau "service public de l'insertion". Objectif : s'attaquer à des disparités territoriales très importantes

94 jours en moyenne d'attente avant d'être "orienté" après une inscription au RSA

C'est le laps de temps qui s'écoule en moyenne en France entre le moment où un demandeur s'incrit au RSA, et le moment où il est reçu, orienté et démarre donc un accompagnement social ou de retour à l'emploi. Plus de 3 mois sans contact avec l'institution, propices au décrochage psychologique et à l'aggravation des situations individuelles.

Parmi les départements où ces délais sont les plus longs : l'Yonne, les Hautes-Alpes, l'Indre-et-Loire, et l'Indre avec plus de 150 jours d'attente, selon les chiffres open data de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques. 

Autant de départements mauvais élèves avec qui l'Etat a signé un contrat cette année pour améliorer ces résultats et arriver progressivement à tenir le délai d'un mois. Les 99 départements sont rentrés dans la démarche de contractualisation avec l'Etat. Frédéric Bierry président du conseil départemental du Bas-Rhin a rendu un rapport sur le sujet.

Plus on oriente vite les bénéficiaires, plus on a des chances de leur trouver des solutions rapides. C'est primordial pour éviter que le RSA ne se prolonge trop longtemps.

Parmi les bons élèves : on trouve cette fois l'Eure-et-Loir à 32 jours, les Yvelines, la Meurthe et Moselle et la Seine-Saint-Denis sous la barre des 2 mois

Versement du RSA et inégalités territoriales 

Mais il faut rappeler que les départements ne disposent pas tous des même moyens pour mettre en oeuvre ces politiques. "Les départements les plus pauvres sont aussi ceux qui doivent financer le plus d'allocations car ils ont beaucoup de bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active. Comment ensuite avoir les moyens pour l'accompagnement ?" interroge Stéphane Troussel le président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis qui réclame la prise en charge financière du versement du RSA par l'Etat. 

Le gouvernement a lancé lundi une concertation pour esquisser les contours de ce "service public de l'insertion". Fin mars, on comptait 1,88 million de bénéficiaires du RSA, percevant en moyenne 496 euros mensuels. En 20 ans, les dépenses d'accompagnement sont passées de 20% à 7% du budget dédié, notamment en raison de l'augmentation du nombre de bénéficiaires du RSA.  La concertation Le Service public de l'insertion fera ensuite l'objet d'un texte de loi en 2020, le même que celui sur le Revenu universel d'activité.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.